POINTS DE VUE

Marie-Ange TESTELIN,

Secrétaire Générale de SANTÉ TRAVAIL LILLE 2014

Marie-ange testelin

Directrice de l’association ECLAT-GRAA, Marie-Ange Testelin a été sollicitée par l’Institut de Santé au travail du Nord de la France pour être secrétaire générale de SANTÉ TRAVAIL LILLE 2014. Cet évènement associe trois manifestations : « 33ème Congrès National de Santé au travail », « Salon Travail & Santé », « Rencontres Entreprises et Professionnels ». Avec 3 000 participants, le Congrès scientifique accueillera essentiellement des professionnels de la santé au travail. Le Salon et les Rencontres sont ouverts aux entreprises, sur entrée gratuite. 10 000 visiteurs sont attendus.

Que connaissiez-vous de la santé au travail ?

MAT : Je suis le pur produit de l’université lilloise en management de la santé et particulièrement en santé publique. Au fil des ans, je me suis consacrée à la prévention…Je dirais : le côté discret de la médecine !
En ouvrant mes horizons sur d’autres disciplines : sociologie, psychologie, économie, etc. Je suis devenue directrice d’ECLAT-GRAA, association qui fédère les acteurs de l’addictologie en région Nord-Pas-de-Calais pour la prévention, la prise en charge et l’accompagnement. Nous sommes une plate-forme d’ingénierie de projets. Nous travaillons à la mise en place de projets de prévention des conduites addictives tels que le tabac, l’alcool, les drogues, les jeux, etc. J’ai personnellement accompagné des médecins du travail à monter des projets dans les entreprises qui vont de la mise en conformité du règlement intérieur face aux substances psychoactives à la formation des cadres dirigeants en passant par la mise en place d’actions ludiques, d’ateliers d’aide à l’arrêt du tabac personnalisés, de courses sportives d’équipes au sein des entreprises pour se sentir en forme et prendre l’air. En outre, mon association, ECLAT-GRAA, présidée par le docteur François Lefebvre, addictologue au CH de Boulogne-Sur-Mer, a développé de nombreux partenariats avec l’Institut de Santé au Travail du Nord de la France. Cette fonction de secrétaire générale de SANTÉ TRAVAIL LILLE 2014 est, pour moi, un beau challenge !

Qu’avez-vous appris en un an ?

MAT : Ma définition de la santé au travail est aujourd’hui claire : c’est l’offre de services « santé », offerte aux entreprises dans le but d’atteindre la santé de tous les acteurs de l’entreprise. Alors qu’il y a quelques mois ma définition aurait été la visite médicale améliorée. C’est dire si l’événement SANTÉ TRAVAIL LILLE 2014 m’a fait prendre la mesure des énormes possibilités d’interventions des équipes de santé au travail dans l’objectif d’aider les acteurs de l’entreprise à devenir tous des pourvoyeurs de santé. J’ai donc fait un bon en avant.

Que conseillez-vous à une TPE-PME ?

MAT : De ne pas hésiter à venir au salon « Travail & Santé » et participer aux « Rencontres Entreprises et professionnels ». C’est gratuit ! Avec cette chance que les thématiques scientifiques emmenées par le Pr Paul Frimat traversent l’actualité. Les rencontres d’entreprises génèrent des postures professionnelles exemplaires et à la portée de tout à chacun en matière de santé au travail et démontrent les initiatives d’actions des services de santé au travail. Le salon
« Travail & Santé » propose des solutions adaptées aux exigences du monde du travail.

Paul frimat

Professeur Paul FRIMAT,

Président du Comité Scientifique du 33ème Congrès National de Santé au Travail

Professeur de Médecine du Travail à la Faculté de Médecine de Lille – Université de Lille II, Paul Frimat est président du Comité Scientifique du 33ème Congrès National de Santé au Travail, qui a lieu à Lille du 3 au 6 juin 2014. Il est également président de l’Institut de Santé au Travail du Nord de la France. Le thème de la Pénibilité sera le « fil rouge » de ce 33ème Congrès National. Six autres thèmes seront abordés : Audition et Travail, Pathologies Neurodégénératives et Travail, Dossier Médical en Santé au Travail et Traçabilité, Métiers de l’Aide et l’Assistance à domicile, Évaluation des capacités cardio-respiratoires, Technologies de l’Information et de la Communication et Santé au Travail. Ces thèmes sont tous d’actualité. Mais le Congrès de Lille marque aussi une étape, pour les pratiques de santé au travail.

Que représente le Congrès de Lille ?

PF : Le Congrès de Lille est au cœur d’un tournant. C’est le premier congrès national après la mise en application de la loi de juillet 2011, portant réforme de la Médecine du Travail. Cette réforme officialise et rend obligatoire la mise en place des équipes de santé au travail, au sein des services de santé au travail. Ces équipes renforcent la capacité d’intervention des médecins du travail auprès des entreprises. Ces interventions sont pluridisciplinaires et adaptées aux risques présents dans l’entreprise. Elles constituent autant d’aides techniques, médicales et scientifiques pour que l’employeur et ses salariés puissent développer des actions et des plans de prévention des risques « à la source ». On quitte la compensation, c’est-à-dire l’indemnisation des Maladies Professionnelles et des Accidents du Travail, pour entrer – enfin – dans l’ère de la prévention. Je suis convaincu que cela entrainera, à terme, des économies substantielles au niveau de chaque entreprise !

Quels sont les enjeux de santé au travail pour les années à venir ?

PF : Chacun des thèmes du 33ème Congrès National est un enjeu majeur pour la santé au travail. Il faut mettre ces thèmes en perspective des évolutions sociétales, législatives et règlementaires. Sur le fond, la société est aujourd’hui plus exigeante qu’hier sur la maîtrise des risques, que ceux-ci soient sanitaires, environnementaux ou technologiques. Au travail, les employeurs et les salariés comprennent petit à petit que préserver la santé, c’est développer et consolider l’entreprise. Ceci est particulièrement vrai pour une TPE ou une PME ! Sur le plan institutionnel, l’Etat et les collectivités territoriales s’investissent de plus en plus pour définir des priorités régionales. En témoigne le Plan Régional Santé – Travail. Les Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens, que chaque service de santé au travail doit signer avec la DIRECCTE et la CARSAT, en sont aussi une illustration. Enfin, le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais développe et finance le programme « Bien-être au travail » plus orienté vers les TPE.

Que conseillez-vous à une TPE-PME ?

PF : A l’ occasion des lois portant réforme des retraites, les dispositions règlementaires ont explicitement inscrit la prévention de la pénibilité parmi les obligations de l’employeur. La TPE doit rester vigilante à son obligation de sécurité de résultat… Mais l’employeur n’est pas seul et son service de santé au travail peut l’aider. Il faut savoir l’utiliser comme un
« investissement » synonyme de plus-value pour l’entreprise. Une TPE ou une PME ne peut pas « s’offrir » un toxicologue ou un psychologue du travail. Aujourd’hui, son service de santé au travail peut répondre à ce besoin en lien avec son médecin du travail.

Matthieu Mereau

Docteur Matthieu MEREAU,

Conseiller Médical pour SANTÉ TRAVAIL LILLE 2014

Médecin de Santé Publique, diplômé de Médecine du Travail et de toxicologie industrielle, Matthieu Méreau a été, pendant 10 ans, conseiller médical pour la prévention des risques professionnels auprès de la CRAM Nord Picardie (aujourd’hui CARSAT). Il a fondé en 1995 le cabinet Méthodes et Médiation. Il travaille sur l’approche du changement et la gestion de projet dans le domaine de la santé. Il a conçu et dirige le magazine Entreprise & Santé, pour les services de santé au travail du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie. Il est conseiller médical de SANTé TRAVAIl LILLE 2014.

Vous avez suggéré la création du salon « Travail & Santé », ouvert gratuitement aux entreprises. Pourquoi ?

MM : Parce que les entreprises sont les premiers acteurs en santé au travail. C’est grâce au dialogue social au sein de ces entreprises que des actions d’amélioration des conditions de travail, de prévention de la pénibilité, de préservation de la santé sont réalisées. Les TPE et les PME ne sont pas seules : elles bénéficient de l’expertise et de l’accompagnement de leur service de santé au travail. Chaque entreprise est un cas particulier, tant sur le plan des relations humaines que sur celui des processus de travail. En complément du médecin du travail, l’entreprise peut avoir besoin d’un ergonome, d’un psychologue, d’un technicien ou d’un ingénieur HSE, d’un assistant social ou d’autres compétences… Conformément à la loi, son service de santé au travail peut les lui apporter. En complément de sa secrétaire médicale, le médecin du travail peut être épaulé par un assistant en santé au travail ou un infirmier de santé au travail. Trop peu d’entreprises le savent ! Beaucoup d’entreprises sont encore en « Médecine du Travail », avec pour préoccupation majeure la tenue des visites médicales d’aptitude au poste de travail. D’ailleurs, quand on parle de Médecine du Travail, on pense à la spécialité médicale. Quand on parle « Santé au Travail », on pense directement à chacun d’entre nous… En effet, l’Organisation Mondiale de la Santé définit la santé comme étant « un état de complet bien-être physique, mental et social ». Et cet « état » est évolutif…

De nombreuses entreprises témoignent. Comment cela a-t-il été réalisé ?

MM : Grâce à la mobilisation, en Picardie et dans le Nord-Pas-de-Calais, des services de santé au travail, leurs entreprises adhérentes et leurs médecins du travail. 200 témoignages d’entreprises vont ainsi être présentés au sein du salon « Travail & Santé » qui rassemblera, du 3 au 6 juin 2014 à Lille Grand Palais, près de 100 exposants. Ces témoignages sont très diversifiés : risques chimiques, risques mutagène-cancérogène ou repro-toxiques, bruits, vibrations, rythmes de travail, gestes et postures ou risques liés à l’activité physique, risques d’accidents, bien-être et risque psychosocial, maintien dans l’emploi, santé des seniors, des jeunes, des apprentis et des intérimaires, etc. Avec des journées dédiées : BTP et Industrie le 4 juin, Commerce-Artisanat et Services le 5 juin 2014, Intérimaires et Apprentis le 6 juin 2014 matin.

Que conseillez-vous à une TPE-PME ?

MM : Le salon est gratuit. Trouver un peu de temps pour venir. Depuis sa création, Entreprise & Santé a valorisé des centaines d’actions menées par les entreprises. Les témoignages donnent la parole aux entreprises. Ils sont représentatifs de l’aide trop méconnue apportée par les services de santé au travail. Ne pas hésiter donc à consulter son service de santé au travail !

(Publié dans le N°26 : Des réponses à vos questions) le 19/05/2014