Technosciences et santé: MA SANTÉ AU TRAVAIL

Quelles que soient son activité et sa taille, chaque entreprise vit progressivement une « transformation numérique ». Cela entraîne-t-il des évolutions pour la santé du chef d’entreprise et de ses salariés ? La question est ouverte. Les réponses s’écrivent au fil du temps, en fonction des conséquences sur les tâches, l’activité, l’organisation, les contraintes temporelles, la traçabilité en temps réel des productions collectives ou individuelles… In fine, tout dépend des choix de management de l’entreprise.

Santé environnementale

Sauf à recourir à une automatisation en vase clos du travail, les risques « classiques » (ex. : chimiques, bruit, etc.) restent présents. Les risques émergents méritent une attention particulière : (ex. : nanoparticules, etc.).

Santé physique

La charge physique de travail peut être réduite (ex. : Exosquelettes, etc.). Cependant, tout nouvel équipement, outil ou aménagement peut faire apparaître de nouvelles contraintes à prendre en compte.



Santé mentale et psychique

La charge mentale de travail est impactée. Tant par le contenu et la masse d’informations à traiter, que par l’anxiété ou l’angoisse liées aux changements qui s’accélèrent.



Approche des changements

Cette dimension est essentielle : toute nouvel outil ou toute nouvelle organisation doit se faire dans le dialogue avec les salariés. Ce temps passé à dialogue et écouter est un véritable investissement.



Équilibre vie personnelle et professionnelle

Le respect de cet équilibre est un facteur essentiel à prendre en compte, au point que le législateur est intervenu. Ceci est emblématique d’une conséquence majeure des transformations numériques : disparition des distances et des temps.



BAROMÈTRE DU NUMÉRIQUE 2017

66 % des actifs en emploi (salariés et non-salariés) utilisent un ordinateur sur leur lieu de travail, contre 53 % en 2013.

L’Agence du numérique suit année par année l’usage du numérique tant dans notre vie personnelle que professionnelle.

En 2017, 54 % des salariés utilisent un ordinateur tous les jours sur leur lieu de travail, contre 46 % en 2013 :

  • 75 % des diplômés du supérieur
  • 17 % des ouvriers


ENQUÊTE INSEE DARES 2013

71,1 % des salariés utilisent un outil numérique à des fins professionnelles (ordinateur fixe ou portable, terminal ou console, messagerie électronique, intranet ou internet).

Tous les 3 ans, l’Insee et la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) du ministère du Travail s’associant pour réaliser une enquête nationale Conditions de travail, portant sur l’ensemble des actifs occupés. S’agissant de l’usage du numériques les derniers chiffres connus datent de 2013. Ils seront actualisés dans l’enquête 2019 (enquête réalisée du 1er octobre 2018 au 31 mai 2019 sur un échantillon de 34 500 logements).

En 2013, on constate une utilisation régulière d’un ordinateur portable pour :

  • 61 % des cadres
  • 12 % des employés administratifs
  • 3 % des ouvriers qualifiés.

(Publié dans le N°46 : Technosciences-santé: le travail numérisé !) le 24/04/2019

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies ou de technologies similaires : nous conservons et analysons les informations relatives à vos dernières visites à des fins d'analyse en vue de comprendre comment les internautes consultent notre site pour, à terme, le rendre plus intuitif. Nos contenus sont également partagés sur les réseaux sociaux

En savoir plus sur les cookies (PDF)

Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité (PDF)