Témoignages

Témoignages

VESTAS

Risque chimique : Réparation d’éolienne, le risque chimique ne s’envole pas !

Elles mesurent 40 à 55 mètres de longueur et tournent à 100 mètres de hauteur. Ce sont les pales d’éolienne ! Et il faut les entretenir et les réparer. Des techniciens en fibres composites interviennent alors en hauteur, en utilisant des nacelles. Groupe d’origine danoise, VESTAS est le premier fournisseur d’éolienne au monde. Du développement à la fabrication, de la vente à la maintenance, VESTAS gère plus de 60 000 turbines à travers les cinq continents. Action Santé Travail, service de santé au travail de l’Artois, a étudié les risques liés aux manipulations de résines, lors des tâches de réparation des pales.

Sébastien Ladessus, est coordinateurmanager de chantier chez VESTAS France : « En France, nous avons 1500 éoliennes installées, pour 4 500 pales en fonctionnement. VESTAS France emploie 400 salariés. Grâce à nos centres de maintenance, nous assurons l’entretien des rotors, des roulements et des générateurs, ainsi que des pâles. Sur l’ensemble du territoire, neuf techniciens de pâles assurent leur réparation à base de résine époxy. Lors de sa visite médicale à Action Santé Travail, un de nos salariés a fait l’objet d’une proposition d’étude de poste. Nous avons tout de suite accepté ». Médecin du travail à Action Santé Travail, le Dr Claire Meurillon a diligenté cette étude.

Un suivi de santé adapté

Mickaël Laloux est technicien en fibres composites chez VESTAS : « Lors de ma visite médicale, le Dr Meurillon a prescrit une série d’examens : test d’effort, radio des poumons, prise de sang. Puis elle est venue sur place, pour étudier la situation de travail. Nous confectionnons une résine, grâce au mélange au gramme près d’une base et de son durcisseur. En plusieurs passages, nous appliquons cette résine et des fibres. Après ponçage, nous appliquons des produits imperméabilisants et une peinture de finition. Dans la majorité des cas, la réparation a lieu en hauteur, soit à l’extérieur, soit à l’intérieur de la pale ». Lauriane Plumart est technicienne HSE à Action Santé Travail. En mai 2018, elle a accompagné le Dr Claire Meurillon au parc éolien de Domarten-Ponthieux.

Une étude à 70 mètres de hauteur

« J’ai observé la situation réelle de travail, en accompagnant le technicien dans la nacelle » précise Lauriane Plumart. « Ce travail présente plusieurs particularités : préparation et usage de produits chimiques, port d’équipements de protection respiratoire, influence des conditions météos, travail en grande hauteur et, le cas échéant, en espace confiné. Nous avons procédé à une observation du poste de travail en temps réel ». Pour l’analyse du risque chimique, les compétences d’Alicia Peuvergne, toxicologue à Action Santé Travail, ont été très précieuses : les fiches de données de sécurité ont fait l’objet d’une étude approfondie. Des préconisations précises ont été effectuées, notamment sur la nature des filtres de protection respiratoire. Sébastien Ladessus conclut : « Nous avons bénéficié d’un rendu du médecin du travail dans un très court délai. J’ai diffusé les résultats de cette étude auprès de l’ensemble de nos sites en France, afin que les résultats soient bénéfiques pour tous nos techniciens de pales ».

VESTAS
Fournisseur d’éolienne

400 salariés

Sébastien Ladessus, coordinateur-manager
Mickaël Laloux, technicien en fibres composites

DOMART-EN-PONTHIEUX

SANTÉ AU TRAVAIL DE L’ARTOIS (ACTION SANTÉ TRAVAIL)

(Publié dans le N°45 : Manutentions: portez-moi bien !) le 25/01/2019

Témoignages