Témoignages

Témoignages

BRICO-DÉPÔT

J’étais avec mon médecin du travail. Je n’allais pas bien » nous dit, d’entrée de jeu, madame Cécile Deneux, hôtesse de caisse à Brico-Dépôt, Bruayla-Buissière. « J’allais tout lâcher. Je ne savais plus comment m’en sortir. Mon médecin du travail a ressenti mon mal-être. Je lui ai dit : mon garçon ne va pas bien… elle m’a écoutée… Oui. Elle, elle m’a écoutée ! Savez-vous ce que c’est un enfant hyperactif ? Je ne savais pas que la santé au travail pouvait m’aider pour mon enfant !». En « l’aidant pour son enfant », le docteur Fatoux, médecin du travail à la Santé au Travail d’Arras-Béthune-Hénin-Lens (AST 62-59), savait qu’elle aidait madame Cécile Deneux dans sa vie… et donc, dans son bien-être au travail..

brico

Pour comprendre la situation, écoutons madame Cécile Deneux : « Un enfant hyperactif est un diagnostic médical. Au départ, on pense que c’est dû à l’éducation, les dents, etc… Le regard des gens est difficile devant un enfant qui ne dort pas, s’alimente mal, s’agite en permanence et ne tient pas en place une minute, fait des crises de colère et bouleverse tout sur son passage… C’était sans répit. Un jour, une orthophoniste et une neuro-pédiatre ont mis un nom sur ce qui se passait : mon garçon est un enfant hyperactif. Et cela se soigne. Mais c’est un parcours du combattant pour les prises en charge. Au moment où le docteur Fatoux m’a proposé de rencontrer l’assistante sociale du service de santé au travail, la Sécurité Sociale, par exemple, refusait de me rembourser la psychomotricienne qui coûtait 200 € par mois… Comment pouvait-on faire ? Une galère…»

Assistante sociale en santé au travail ?

Effectivement, madame Cécile Deneux a alors été reçue par Maria Cala, assistante sociale à la Santé au Travail d’Arras-Béthune-Hénin-Lens (AST62-59). « J’ai d’abord pris le temps de l’écouter » nous dit humblement Maria Cala. « Dans une situation comme celle de Madame Deneux, c’est important d’être à l’écoute, d’être à ses côtés. Nous l’avons orientée dans ses démarches et aidée à monter les dossiers d’aide, en lui donnant les bons contacts. Les genssont souvent perdus devant les démarches, qui peuvent devenir un vrai labyrinthe… La vie personnelle a souvent des conséquences sur la vie professionnelle. La perte d’autonomie d’un proche ou une maladie grave dans l’entourage peuvent créer des situations insolubles. Sauf à pouvoir se confier, en toute quiétude… C’est là que nous intervenons. Dans le respect de la confidentialité et avec l’accord du salarié. C’est lui qui établit les démarches. Nous l’aidons ».

L’entreprise s’y retrouve

Le docteur Isabelle Bourdon, médecin du travail, suit aujourd’hui Brico-Dépôt. « Ce qui a été fait avec madame Cécile Deneux illustre bien comment nous pouvons être à l’interface de la vie personnelle et de la vie professionnelle. Notre rôle est alors d’être présent pour que les conséquences de la vie personnelle sur la vie au travail soient compatibles avec l’emploi. Grâce au secret médical, le salarié a l’assurance d’une écoute en toute confidentialité. Le médecin du travail ne peut pas faire tout, tout seul. C’est un travail d’équipe ».

BRICO-DÉPÔT
56 salariés
Cécile Deneux,
hôtesse de caisse
LAON
SANTÉ AU TRAVAIL d’ARRASBÉTHUNEHÉNINLENS (AST 62-59)

(Publié dans le N°20 : La Santé au Travail succède à la Médecine du Travail BIENVENUE !) le 01/10/2012

Témoignages

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies ou de technologies similaires : nous conservons et analysons les informations relatives à vos dernières visites à des fins d'analyse en vue de comprendre comment les internautes consultent notre site pour, à terme, le rendre plus intuitif. Nos contenus sont également partagés sur les réseaux sociaux

En savoir plus sur les cookies (PDF)

Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité (PDF)