Témoignages

Témoignages

18 Centres de contrôle technique automobile au banc d’essai de la santé au travail !

Ayant en moyenne 1 à 2 salariés, les 18 Centres de contrôle technique automobile adhérents au Service de Santé au Travail de l’Aisne ont accepté de participer, de 2009 à 2011, à une « radioscopie » de leurs risques professionnels. Au départ de cette étude, une interrogation suite à des maux de tête constatés lors des visites médicales sur deux salariés. Ceux-ci sont-ils liés au monoxyde de carbone émis par les échappements des véhicules ? à l’arrivée, un état des lieux objectif, rassurant dans l’état actuel des connaissances, notamment pour le monoxyde de carbone. La vue d’ensemble d’une branche professionnelle permet de répondre à une préoccupation immédiate : « Comment se situe mon entreprise ? ». Cela permet aussi d’avoir un regard sur l’avenir : «Prévenir les risques aujourd’hui, c’est préserver la santé de demain !». à suivre.

Pour le docteur Anne Gascoin, médecin du travail à MTA, il s’agit bien d’une « photo à un moment donné ». « Cette photo est faite au niveau de la branche professionnelle. C’est un gros travail, mais l’enjeu est important. Devant la multitude de risques présents, il est apparu nécessaire de réaliser une évaluation la plus précise possible, au regard des moyens disponibles. Compte tenu de l’évolution des techniques automobiles et des connaissances médicales et scientifiques, cette étude sera à refaire dans quelques années. Les résultats de 2009-2011, la méthode et les outils sont disponibles ».

controle

Visites des locaux de travail

Les 18 Centres de contrôle technique adhérents à MTA ont bénéficié d’une visite des lieux de travail en 2009. Pour chaque centre, une grille a été renseignée avec le responsable de l’établissement ou un salarié : locaux et effectifs, matériels et situations de travail, exposition aux risques et moyens de prévention collective et individuelle.

Expression des salariés

Une enquête par questionnaire a permis de recueillir le ressenti des salariés : gênes liées aux gaz d’échappement et au bruit, contraintes posturales et de manutention, bien-être au travail.

Prélèvements d’atmosphère

13 salariés ont accepté de porter des équipements pour réaliser des mesurages en continu sur des séquences de 2 heures de travail. En tant que traceur de l’inhalation des gaz d’échappements, le monoxyde de carbone (CO), les Composés Organiques Volatils (COV) et le dioxyde d’Azote (NO2) ont été dosés dans l’air respiré. A noter, que pour des raisons de moyens disponibles, le mesurage du monoxyde d’azote (NO), des particules diesel, du dioxyde de soufre (SO2), du dioxyde de carbone (CO2) et du benzène n’a pu être réalisé.

Dosages urinaires et cytologie

13 salariés ont accepté des dosages urinaires de 1 hydroxy-pyrène (1 OH-P), en fin de poste le jeudi. Dans les urines, cette substance reflète l’exposition aux Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP). Ces hydrocarbures sont reconnus comme étant cancérogènes. Ils sont présents dans les émanations de moteurs diesels et la fumée de cigarette. Une recherche de cellules anormales a été effectuée sur les urines de 13 salariés.

Mesures du bruit

12 métrologies de bruit ont été effectuées sur des séquences de travail différentes, avec ou sans circulation de véhicules et en tenant compte de la présence de un ou plusieurs salariés (coactivité). Pour Stéphanie Buisine, ingénieur Prévention à MTA, « cette vision globale de la branche professionnelle constitue une valeur ajoutée pour construire un protocole de surveillance adaptée ». Des informations objectives sont disponibles. « Les résultats individuels ont été transmis à chaque salarié concerné. Chaque entreprise a reçu les résultats globaux la concernant. Les résultats de l’étude ont été restitués au niveau du syndicat professionnel. Un dépliant d’information sur la prévention des risques professionnels est disponible ».

• Document Unique d’Evaluation des Risques (DUER)
Dans 100 % des cas, le DUER est fait. Dans 50 % des cas, il n’est pas actualisé. A noter que les centres de contrôle technique automobile sont soumis à un agrément préfectoral. Ils sont contrôlés sur le plan de la sécurité incendie, la sécurité des installations électriques, les appareils de levage à air comprimé et le calibrage des appareils de mesure.
• Etat des sols : en général correct. Attention à l’évacuation des particules diesels.
• Températures : faibles en hiver (absence de chauffage) et élevées en été.
• Bruit : dans 60 % des mesures, niveau sonore supérieur à 77 dB(A) et inférieur à 80 dB(A) ; dans 23 % des mesures, niveau sonore supérieur ou égal à 80 dB(A) ; 67 % des salariés se déclarent non gênés par le bruit.
• Produits : veiller à l’utilisation des produits absorbants (particules diesels). Attention aux produits nettoyant les sols.
• Equipements : attention à la sécurisation des fosses non employées ; veiller à l’utilisation de chaussures de sécurité.
• Gestes et postures : les contraintes posturales sont relevées comme gênantes.
• Activité : autonomie du contrôleur, présence de pics d’activité avec en moyenne 10 véhicules par jour avec 63 % de diesels, moins de 4 heures par jour sur écran ; nécessité d’une concentration importante.
• Violence : mécontentement de certains clients (salle d’attente isolée imposée par la règlementation)
• Bien-être : 87 % des salariés estiment se sentir bien dans leur travail.
• Pollution : près de la moitié du temps, le moteur est allumé ; 5 fois sur 18 il existe un dispositif d’aspiration à la source (utilisé 3 à 4 fois sur les 5) ; ventilation générale que par ouverture des portes et des ouvrants (un à deux par centres) ; niveaux des mesurages atmosphériques (CO, COV, NO2) non significatifs car trop faibles ; niveaux urinaires mesurés du métabolite d’HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques) inférieurs aux seuils de toxicité admis actuellement et comparables à ceux de la population générale, pas d’anomalie constatée en cytologie urinaire.

Pour réaliser cette étude de branche, le Service de Santé au Travail de l’Aisne (MTA) a mis en place un groupe de travail pluridisciplinaire :
Dr Anne Gascoin – Médecin du Travail
Dr Bao-Chuong Giang – Médecin du Travail
Hervé Dubois – Infirmier santé travail
Mickael Gérard – Technicien prévention
Stéphanie Buisine – Ingénieur prévention
Daphné Mégarbane – Interne en médecine du travail

(Publié dans le N°18 : Alcool que veux-tu ? ) le 15/06/2012

Témoignages

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies ou de technologies similaires : nous conservons et analysons les informations relatives à vos dernières visites à des fins d'analyse en vue de comprendre comment les internautes consultent notre site pour, à terme, le rendre plus intuitif. Nos contenus sont également partagés sur les réseaux sociaux

En savoir plus sur les cookies (PDF)

Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité (PDF)