Témoignages

Témoignages

ADAR Flandres Métropole

A l’ADAR Flandre métropole, l’absentéisme a déjà représenté 14 000 jours par an, pour 900 salariés…

La direction a décidé de regarder la réalité en face : la pénibilité du travail en est peutêtre une des raisons. L’activité de cette association sans but lucratif est l’aide à domicile. Elle assure ce service auprès de 6000 personnes. La plupart de ces personnes sont âgées. En dialogue avec les salariés, en particulier au niveau du CHSCT, un projet de prévention s’est mis en place dès 2010. Il associe de nombreux acteurs, tant en interne qu’en externe.

adar

Financée notamment par la CARSAT Nord Picardie et le Conseil Général du Nord, l’ADAR est une association sans but lucratif, qui a été créée en 1967. Le conseil d’administration, présidé par Emilienne Leroy depuis de nombreuses années, est très actif dans la vie de cette association. Première association certifiée NF service du département, elle réalise, chaque année, plus de 800 000 heures de prestations sur la métropole lilloise et Merville. Elle dispose d’un agrément préfectoral pour intervenir auprès de personnes dites fragiles et elle est autorisée par le président du Conseil Général du Nord dans le cadre de la loi du 2 janvier 2002-2.

Une volonté de la direction

Pour Monsieur Christian Paul, directeur général, « le temps de nos aînés n’est pas notre temps ! ». « Et pourtant, notre personnel dispose de 30 minutes en moyenne pour aider une personne âgée à son domicile au lever, avec toilette et petit déjeuner. Il s’agit d’un métier difficile pour notre personnel. Une aide à domicile est souvent arrivée à ce métier en deuxième partie de carrière, après d’autres souffrances au travail vécues par exemple en industrie ». C’est dans ce contexte général que le projet de prévention a vu le jour.

Le dialogue social, comme condition de réussite

Devant les chiffres d’absentéisme, Madame Pascaline Passery, directrice des ressources humaines décide d’ouvrir le dialogue. Et c’est avec le CHSCT, que le projet est défini, mis en oeuvre et suivi. Première étape, le diagnostic. Il permet de faire un constat collectif, avec questionnaire auprès des salariés, sur la charge de travail physique et psychique. Deuxième étape, la restitution des résultats. Pour le docteur Didier Debarge, médecin du travail à POLE SANTE TRAVAIL Métropole Nord, « c’est une étape très importante, car il faut oser regarder la réalité en face et voir les difficultés, dans un esprit de coopération ». Deux axes sont identifiés à l’ADAR : travailler sur le rôle de l’encadrement des administratifs, analyser la pénibilité au domicile. Ils structurent l’élaboration du plan d’action.

Un travail collectif

Dans un film relatant la démarche et projeté devant près de 200 personnes à l’Assemblée Générale de POLE SANTE TRAVAIL Métropole Nord en juin dernier, Luc Hossepied, journaliste, souligne l’importance des partenariats dans la démarche de l’ADAR, notamment avec l’ARACT Nord Pas de Calais et la CARSAT Nord Picardie. Il souligne aussi « l’importance de savoir libérer la parole ». Il conclut : « Pour aborder la pénibilité au travail, il faut accepter de se remettre en cause, il faut créer des liens avec les salariés, pour pouvoir repérer les pistes d’amélioration pour leur bien-être ».

(Publié dans le N°15 : 50 ans... et alors ?) le 28/10/2011

Témoignages

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies ou de technologies similaires : nous conservons et analysons les informations relatives à vos dernières visites à des fins d'analyse en vue de comprendre comment les internautes consultent notre site pour, à terme, le rendre plus intuitif. Nos contenus sont également partagés sur les réseaux sociaux

En savoir plus sur les cookies (PDF)

Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité (PDF)