Témoignages

Témoignages

Apei henin-carvin

A chacun sa sacoche, les EPI seront bien portés

Comment inciter le personnel d’une entreprise adaptée, à porter systématiquement les équipements de protection individuelle (EPI) ? L’entreprise adaptée de Courrières (Apei Henin-Carvin), spécialisée dans les espaces verts, a trouvé une solution : doter chaque salarié d’une sacoche personnelle contenant les EPI nécessaires à son activité et d’un casier pour les ranger dans son vestiaire. Ainsi, chacun peut les retrouver facilement au moment de commencer sa journée de travail.

Constatant que les salariés de son entreprise adaptée ne portaient pas toujours leurs équipements de protection, la directrice, Brigitte Monseu a confié une mission à Sandrine Saingenest. Cette dernière, secrétaire à l’AST 62/591, a réalisé un mémoire sur ce sujet dans le cadre de sa formation d’Assistante Santé Travail. Le Dr Brigitte Michalski, médecin du travail, aujourd’hui à la retraite, a suivi le travail de Sandrine Saingenest, notamment dans la méthodologie.

apei

S’approprier ses EPI

Sandrine s’est rendue sur le site de Courrières où elle a rencontré les dix-sept salariés et leurs encadrants. Constatant que les EPI n’étaient pas mis systématiquement, elle a interrogé les ouvriers sur les chantiers. Chacun avait une explication plus ou moins convaincante : « Ce n’est pas très pratique ! », « Je les ai prêtés à un collègue », « Je les ai égarés », « Ils sont restés dans le camion… » Afin de les sensibiliser à l’importance du port des EPI pour leur santé et leur sécurité, Sandrine Saingenest a réuni les salariés et leur a présenté un diaporama adapté à ce public sur les conséquences du non-port des protections. Puis, il a été décidé de doter chacun d’une sacoche à son nom, contenant les casques et bouchons auditifs, les lunettes contre les éclats de bois et les sciures, les gants pour les produits phytosanitaires et ceux pour l’abattage-élagage, etc. Les gants, qui ont été au contact des produits phytosanitaires, sont rangées sans être au conctact des autres équipements de protection individuelle. Des casiers individuels et nominatifs ont été aménagés dans les vestiaires pour que chacun puisse ranger et retrouver son équipement facilement. Des contrôles inopinés sur les chantiers ont permis de constater que le port des EPI était devenu systématique.

Cette action, réalisée grâce à des réunions de travail avec les responsables de l’établissement, les encadrants et les salariés a porté ses fruits. Brigitte Monseu souhaite l’étendre aux cinquante usagers de l’ESAT de Montigny (Apei Henin-Carvin), afin de doter ces personnes souffrant d’une déficience mentale d’une sacoche EPI personnalisée et d’un casier individuel afin qu’elles aussi soient d’avantage incitées à porter les équipements de protection lorsqu’elles travaillent à l’entretien des espaces verts.

Le Dr Andrée Legrand, médecin du travail qui suit aujourd’hui l’établissement, souligne l’intérêt de cette action de prévention : « la fourniture de ces pochettes individualisées, accompagnée d’une action de communication ciblée envers ce public, facilite le port des EPI. » Madame Brigitte Monseau tient a remercier l’AST 62/59 pour le financement de ses sacoches.

(Publié dans le N°14 : L'obligation de reclassement) le 15/07/2011

Témoignages

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies ou de technologies similaires : nous conservons et analysons les informations relatives à vos dernières visites à des fins d'analyse en vue de comprendre comment les internautes consultent notre site pour, à terme, le rendre plus intuitif. Nos contenus sont également partagés sur les réseaux sociaux

En savoir plus sur les cookies (PDF)

Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité (PDF)