Témoignages

Témoignages

Pas de calais habitat

La prévention de la pénibilité, élément du dialogue social

Se définissant comme « opérateur urbain », Pas-de-Calais habitat a le statut d’Office Public de l’Habitat. Dépendant du Conseil Général du Pas-de-Calais, sa compétence géographique s’étend à l’ensemble du département (excepté les communes de Calais et Boulogne qui disposent chacune d’un Office Municipal). Bailleur social de près de 39 000 logements et de 867 salariés, Pas-de-Calais habitat a inscrit la prévention de la pénibilité au travail dans son dialogue social. Et cela, avant que la loi en fasse une obligation pour les entreprises de plus de 50 salariés. Reportage.

calais

Un des enjeux majeurs de Pas-de-Calais habitat est la proximité avec les 100 000 personnes, qui vivent dans des logements, répartis sur tout le département. Plus de 500 collaborateurs sont rattachés à 39 points services. Personnel d’entretien, gardiens d’immeuble, responsables de points services, conseillers clientèles sont en contact quotidien avec les clients-locataires, pour assurer les services liés à l’habitat. Neuf agences complètent le dispositif au sein de cinq directions territoriales. Notons que Pas-de-Calais habitat est certifié « Système de Management Qualité Intégré ISO 9001 ».

Un personnel qui avance en âge

Pour Madame Hélène Pujolle, directrice des ressources humaines (DRH), il faut intégrer que « 50 % de notre personnel est sur des fonctions opérationnelles telles que gardien d’immeuble ou agents de proximité ; ce personnel a de l’ancienneté et avance en âge ; l’usure professionnelle peut apparaître ; nous avons donc un rôle essentiel de formation (par exemple aux Gestes et Postures) et de prévention des risques. Sur la pénibilité, nous venons de démarrer un travail, qui s’inscrit dans une dynamique de fond ».

Améliorer à la source

Un exemple de recherche de ma trise des risques à la source est le travail fait avec les communes et les communautés de communes, sur l’évacuation des déchets domestiques. Aujourd’hui, sur certains sites, sont installés des collecteurs enterrés et les habitants font le tri de leurs déchets et les déposent eux-mêmes aux Points d’Apports Volontaires. « De ce fait, il y a moins de containers à manipuler à des heures difficiles ; cela nous a permis de féminiser la profession et de faciliter l’accès à l’emploi pour des travailleurs handicapés. Le profil d’emploi a changé : créer et maintenir un lien social, prévenir la précarité, éviter l’isolement, développer le relationnel sont des priorités pour nos collaborateurs de proximité ». Un autre exemple concerne l’amélioration des conditions de travail pour le nettoyage. Un assistant Hygiène Sécurité et Conditions de Travail est rattaché à la Direction des Ressources Humaines. Les gestes ont été analysés et du matériel adapté a été acheté (ex. : brosse, auto-laveuses, etc). L’enjeu est la prévention des Troubles Musculo-Squelettiques. A noter que cet assistant joue un rôle important d’interface entre le personnel, la direction et les membres du CHSCT.

Le dialogue, comme mode de fonctionnement

Pour madame Hélène Pujolle, il faut aussi conna tre « notre mode de fonctionnement : c’est tous ensemble que nous produisons ! Nous avons le projet actuel de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences et nous sommes dans une logique de partenariat avec les représentants des salariés ; des groupes de travail sont en place pour construire ensemble ; de ce fait, les étapes de validation puis de négociation vont vite car nous avons eu une concertation en amont ; dans cette démarche c’est très important d’impliquer le personnel et le médecin du travail »

Plusieurs clés d’entrée

C’est dans cette dynamique de fond que s’est mise en place la réflexion sur la pénibilité au travail. Pour mener cette réflexion, il y a plusieurs portes d’entrée. Madame Hélène Pujolle cite quelques exemples : « par exemple, l’accord sur les seniors a été un moment important et constructif. L’entretien professionnel est aussi essentiel pour réaliser des aménagements de poste et des allègements de charges de travail, en lien avec le médecin du travail. L’équipe de la DRH a réalisé un important travail d’information auprès du personnel susceptible d’être concerné par une retraite anticipée, en raison de l’état de santé imputable au travail. C’est donc tout naturellement que s’est engagé un travail sur la pénibilité ».

habitat

Une porte d’entrée : les risques psychosociaux

En septembre 2011, un groupe de travail s’est mis en place sur la prévention des risques psychosociaux. Ce groupe est pluridisciplinaire : DRH, délégués syndicaux, membres du CHSCT, responsable sécurité, directeurs de territoire, secrétaire général, ainsi qu’un des huit médecins du travail de l’entreprise. Première production : une procédure interne de gestion des plaintes ou signalements, qui sera annexée au règlement intérieur, après examen en CHSCT et Comité d’Entreprise en décembre 2011.

27 emplois passés au crible

A présent le groupe de travail identifie les facteurs de pénibilité de 27 emplois au sein de Pas-de-Calais habitat. Pour le docteur Gérard Couteux, médecin du travail à la Santé au Travail d’Arras-Béthune- Lens-Hénin (AST 62 59) : « dans un mouvement de fond au sein duquel le dialogue social est fort, on se met en marche sur la pénibilité… Dans une démarche participative, on est en train d’établir la liste des facteurs de pénibilité, emploi par emploi. C’est un état des lieux. C’est un gros travail de recensement. Il faudra ensuite élaborer en commun des critères d’interprétation, par exemple sur la durée et les seuils d’exposition… Pour nous, médecins du travail, c’est un véritable challenge ! Il nous faut réfléchir au « cursus laboris », à la traçabilité des expositions, intégration des textes en attente de leur parution, à la prévention des facteurs de pénibilité… Cela ne peut se faire qu’étape par étape, en étant à la fois rétrospectif et prospectif. Avec Pas-de-Calais habitat, nous avons retenu deux principes : ne faisons pas la politique de l’autruche et ouvrons le dialogue ».

calais

Chiffres-clés 2010 Pas-de-Calais habitat
• 1er Opérateur Urbain du Pas-de-Calais
• 3ème Office Public de l’Habitat de France
• 20ème entreprise du Pas-de-Calais
• 38 937 logements : 27 698 collectifs, 11 239 individuels
• 205 communes partenaires
• 155 M€ de chiffres d’affaire
• 867 collaborateurs

(Publié dans le N°16 : Nouvelles obligations dès 2012) le 09/12/2011

Témoignages

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies ou de technologies similaires : nous conservons et analysons les informations relatives à vos dernières visites à des fins d'analyse en vue de comprendre comment les internautes consultent notre site pour, à terme, le rendre plus intuitif. Nos contenus sont également partagés sur les réseaux sociaux

En savoir plus sur les cookies (PDF)

Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité (PDF)