Témoignages

Témoignages

Plan Régional de Santé au Travail

L’aide à domicile est un secteur d’activité en pleine croissance. Selon l’Observatoire de la branche professionnelle, en 2010 et au niveau national, plus de 5 000 structures emploient plus de 220 000 salariés, très majoritairement en contrat à durée indéterminée. Les prestataires relèvent de statuts très variés : sociétés privées, établissements ou associations sans but lucratif. Tous ont une préoccupation commune : les conditions de travail de salariés qui interviennent au domicile de personnes en perte d’autonomie.

plan

Dans le cadre du Plan Régional de Santé au Travail Nord-Pas-de-Calais, l’évaluation et la prévention des risques psychosociaux dans le secteur de l’aide à domicile a fait l’objet d’une étude, confiée au cabinet Rhizome, sous le pilotage de l’Agence Régionale de Santé Nord-Pas-de-Calais (ARS), de la DIRection des Entreprises, de la Consommation, de la Concurrence, du Travail et de l’Emploi (DIRECCTE), de la Caisse d’Assurance Retraite et de Santé au Travail Nord Picardie, (CARSAT). Le but général de l’étude est de dégager les « bonnes pratiques » à mettre en œuvre.

Mon aide à domicile, préparons son intervention !

« Outre une approche globale de chaque situation d’intervention, il est important d’anticiper ; c’est la raison pour laquelle, nous avons développé un guide qui permet, en trois fiches synthétiques, de préparer l’intervention au domicile entre l’employeur, le bénéficiaire et l’intervenant(e) », nous confie le docteur Lydie Lebas, médecin de santé au travail à l’ASTIL 62 (Service de Santé au Travail du Littoral Pas-de-Calais).

Quatre axes généraux d’amélioration

L’étude régionale distingue plusieurs éléments transférables entre les prestataires au sein de la branche professionnelle : susciter une culture de prévention, réfléchir sur l’organisation du travail, poursuivre le développement de la professionnalisation, penser aux particularités du management.

Préconisations spécifiques

Pour les prestataires, il importe de développer une approche globale et intégrée de la santé au travail, de favoriser les débats et réflexions collectives, de mobiliser les ressources disponibles auprès des financeurs, d’acquérir une approche positive de la prévention, d’avoir des critères d’évaluation. Au niveau de la branche professionnelle, la valorisation et la reconnaissance de l’activité, alliées à une structuration du secteur, peuvent améliorer les situations de travail des aidants. Au niveau institutionnel, la recherche d’une meilleure effectivité de la règlementation du travail constitue un enjeu majeur. Une meilleure qualification des emplois et l’amélioration du dialogue de gestion avec les autorités de tarification ont également un rôle à jouer.

(Publié dans le N°17 : L'obligation de substitution) le 17/04/2012

Témoignages

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies ou de technologies similaires : nous conservons et analysons les informations relatives à vos dernières visites à des fins d'analyse en vue de comprendre comment les internautes consultent notre site pour, à terme, le rendre plus intuitif. Nos contenus sont également partagés sur les réseaux sociaux

En savoir plus sur les cookies (PDF)

Afin de continuer à améliorer la protection de vos données personnelles, nous avons mis à jour notre politique de confidentialité (PDF)